Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

L'explosion de Toungouska en 1908 et l'odeur de souffre

L'explosion de Toungouska en 1908 et l'odeur de souffre

Voici un copié-coller qui provient du groupe apocalypse facebook ,

une analyse très intéressante

 

Comme promis, voici les explications les plus complètes possibles sur le phénomène d'odeur d'oeuf pourri (sulfure d'hydrogène) qui s'est récemment répandue dans Paris et sa région. Afin que vous puissiez mieux comprendre les effets potentiellement inflammables (ou explosifs selon le type de gaz en question) de ce genre de dégazements, nous allons revenir très brièvement sur l'événement de Toungouska (Sibérie) qui s'est déroulé en 1908, et qui n'était pas forcément dû à la chute d'un astéroïde, mais à une accumulation trop importante de gaz en provenance du sous-sol. Nous allons également (et surtout) faire un petit rappel des cours de physique que vous avez peut-être étudié lors de votre scolarité.

 

Commentaires de Marc Chazal :

Je profite de cet article pour rappeler ce que les Zetas affirment sur cet événement de 1908 en Sibérie. Selon eux, l'explosion ne venait pas de l'espace, mais de l'accumulation de gaz méthane dans la zone. Les quantités qui sont parfois rejetées sont si importantes qu'une gigantesque poche peut se former exceptionnellement, surtout sous certaines conditions météorologiques.
 

Quand le volume de méthane et le volume d'oxygène en contact atteint une certaine proportion, même sans "étincelle", la réaction chimique peut se faire. S'en suit une formidable déflagration accompagnée d'un important dégagement de chaleur. Si une simple bouteille de gaz peut faire exploser un immeuble, imaginez une poche contenant des milliards de litres de gaz fossile. Ces phénomènes peuvent tout à fait se reproduire à l'approche de Nibiru, puisque le sous-sol relâche davantage de gaz fossile. Des poches lenticulaires sont parfois "visibles" dans le ciel, car le méthane ne se mélange pas naturellement à l'air. S'en suit un "trou" dans la couche de nuage, parfois accompagné d'un reflet iridescent.

 

Le méthane a une température d'auto-combustion située à 540°C, ce qui effectivement ne lui permet pas à l'altitude considérée d'exploser seul. Je pensais à une "étincelle" liée à l'activité humaine, puisque ces bulles de gaz sont situées au niveau de la couche nuageuse.
Néanmoins, il existe bien entendu de nombreuses possibilités naturelles, notamment des phénomènes électriques ou météoriques, ou même parfois liées au rayonnement cosmique ionisant. Dans ce cas, des charges peuvent se former entre les différentes couches (Air - Méthane) sous l'effet de ces rayonnements qui peuvent enclencher des échanges d'électrons (éclairs "secs") qui peuvent enflammer "spontanément" les produits en présence. C'est de cette possibilité dont il est question. Pas besoin d'un fort mélange de méthane et d'oxygène, la réaction s'enclenche sur la zone de contact entre la poche et l'air. La température augmente rapidement, et on peut avoir un effet auto-explosif. Ces cas sont rares mais existent. Plus la quantité d'oxygène disponible est importante (se rapprochant de la zone d'inflammabilité), plus la réaction en chaîne a des chances de se produire. Sinon, un simple flash, avec des crépitements ou des booms se font entendre, sans que personne ne sache d'où provenaient ces phénomènes. Ce sont simplement de "mini Tunguska" qui avortent d'elles mêmes.

Un avion qui traverse ces poches de méthane peut avoir des avaries avec pour conséquences des extinctions des moteurs, des malaises en cabine etc... Ces volumes de gaz de méthane se mélangent avec l'air, sauf sous certaines conditions qui ont été réunies à Tunguska. Un réacteur qui a besoin d'oxygène est privé de son carburant lorsque ces nappes sont traversées. Sans oxygène, le moteur s'étouffe et perd de la puissance. De même les systèmes de pressurisation prennent l'air extérieur pour alimenter les cabines, et le méthane peut s'infiltrer par ce biais. Etant un gaz toxique (comme le monoxyde de carbone, il se fixe sur l'hémoglobine) et ne permettant pas une arrivée d'oxygène suffisante (la bulle de gaz est composée à 95 % de méthane), les personnes à bord peuvent être gravement incommodées.

 

Thérorie personnelle (qui n'engage que moi) :

Pour en revenir aux fortes odeurs de souffre qui ont incommodé plusieurs personnes sur Paris et sa région, dont ils ont évoqué le phénomène ce matin à la télévision avec une théorie complètement absurde qui évoquait "des débordements d'égouts dus aux fortes pluies du week end dernier"... Comme si les égouts pouvaient relâcher des odeurs de souffre !...
 

L'explication suivante est certainement beaucoup plus logique, et est d'ailleurs rejointe par Arnaud Meunier et Marc Chazal entre autres :
Comme on le sait, le noyau terrestre (composé principalement de fer) se réchauffe et se déstabilise sous l'action du fort magnétisme de Nibiru. Ce surplus de chaleur en remontant, réchauffe également le manteau terrestre et inévitablement rend le magma sur lequel "flottent" les plaques tectoniques, beaucoup plus fluide donc plus véloce ! Fort logiquement en conséquence, ces plaques tectoniques se déplacent plus rapidement !... En se déplaçant plus rapidement, ces plaques libèrent les gaz emprisonnés depuis des millénaires qui remontent alors à la surface via les failles sismiques, aussi minimes soit-elles... Il faut également savoir que les fleuves et les rivières coulent en général sur ces failles. Comme d'habitude, les autorités avec leur histoire d'égouts pluviaux nous fournissent une explication "Tout sauf Nibiru" !...

 

Explications d'Arnaud Meunier :

Est ce que vous trouvez normal qu'une odeur et une fumée totalement anormale ressenties aux deux bout de la Planète, surtout dans notre capitale Paris ne soient pas plus que ça traitées par les médias ?

Les journalistes sont des humains comme les autres, ils devraient chercher à savoir ce qu'il se passe avec un phénomène inconnu. Encore une preuve que pour les directeurs de publication, ce genre de phénomène est très bien connu, y compris au niveau de ce qui provoque ces anomalies.

 

C'est gros et c'est à l'échelle de la Planète :

J'en profite pour rappeler que ces gaz de schiste compressés par les mouvements des plaques continentales accélérés sont des gaz qui explosent. Même si ces événements sont rares, ils peuvent provoquer de gigantesques explosions de gaz comme celle de Tungunska en 1908, et il faut se rappeler que les prophétie de Mélanie C. Calvat, la voyante de la Salette, disait très souvent que Paris finirait dans les flammes. Si le volume de gaz rejeté du sous-sol avait été suffisant pour s'enflammer, cette prophétie aurait pu se réaliser dès le week end dernier !...

 

Alerte !

Ce phénomène d'odeur de souffre, surtout à Rouen, en Bretagne ou dans le Morbihan (les sangliers meurent soit-disant à cause des algues vertes) ou encore les gaz orangés qui viennent inexplicablement de l'Océan sur les plages d'Angleterre se produisent depuis de nombreuses années partout dans le monde. Ici aussi, la couleur du ciel était brune / orangée, tout comme la couleur de la mer en Californie où ces mêmes odeurs fétides sont observées pendant 5 jours.

 

Paris, comme Rouen sont situées sur le bassin parisien, un bassin sédimentaire saturé de gaz de schiste. A chaque fracture de roche, ces gaz piégés dans le sous-sol sont libérés en surface. Si généralement, c'est du méthane inodore qui monte en altitude (et qui provoque les morts en masse d'oiseaux qui traversent ces poches ou les malaises inexpliqués d'une grande partie des passagers d'un avion), ici c'est du sulfane, un gaz soufré qui reste au sol. Les petits animaux par exemple meurent avant nous, ayant le museau au ras du sol.

Si ça atteint Paris, c'est que les mouvements tectoniques très nombreux autour de New Madrid en ce moment (Côte Ouest de l'Amérique, Europe) sont en train de tirer vers la France. Pour information, l'ajustement de New Madrid aura des effets sur de très nombreuses failles par effet domino).

 

Consignes : Restez en hauteur, ne respirez pas trop longtemps ce gaz qui stagne au sol (anoxie, à savoir qu'il remplace l'oxygène dans le sang) et évitez de sortir vos animaux de compagnie qui respirent près du sol... (Tout à fait entre nous, il vaut mieux ramasser leurs besoins que de les voir s'effondrer, morts par asphyxie, non ?). Les ruminants et les sangliers qui vivent la truffe près du sol sont les plus concernés. Tout dépend du taux de gaz dans l'air, et pour ce qui est de Paris, il me semble que c'est une première. Les animaux marins peuvent également être intoxiqués par ces gaz qui se dissolvent dans l'eau et mourir en masse.

 

A noter qu'au même moment, on a eu des explosions de gaz attribuées évidemment à des ruptures de conduite... Là encore, c'est une stratégie "Tout sauf Nibiru"...

Cependant, les gaz de schiste piégés dans les roches sont évidemment explosifs en présence d'étincelle... Pour le moment, le volume de gaz est suffisamment dispersé pour ne pas provoquer d'inflammation, mais si ce genre de poche au sol reste concentrée et explose en Syrie ou en Irak, des pays qui sont comprimés par la rotation de la plaque africaine et où le pétrole a tendance à jaillir spontanément du sol, cette explosion résultante pourrait correspondre aux prophéties musulmanes concernant le fameux Haddah (son que fait un marteau tapé sur une enclume) qui n'est pas forcément lié à la chute d'un astéroïde comme évoqué précédemment.

Enfin, pour conclure, ces odeurs de souffre sont l'exemple typique de la mauvaise foi, les explications "Tout sauf Nibiru". Pour expliquer que cette odeur soit encore ressentie dans plusieurs départements français, la version officielle est :

- "Il a plu".
- "Il y avait un peu de vent".

Wouah ! C'est la première fois que cette configuration se produit de mémoire d'homme , me voilà rassuré ! 😀😀😀
Et le ciel orange ? "Les lumières de la ville se reflétant sur les nuages" ! Ah oui vraiment ???

 

De mieux en mieux, ils prennent vraiment les gens pour des abrutis, profitant du faible niveau en sciences de la majorité des français !... Non, la seule chose qui préoccupe les médias sont le déconfinement (partiel), une éventuelle deuxième vague de Covid 19, la re-rentrée des classes et l'ouverture des coiffeurs... Chapeau bas, Messieurs les journalistes !...

 

========================================================================

En complément d'information , 

la vidéo suivante va dans le même sens que cet article.

L'odeur de souffre provient du sous-sol ...

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article